Carbon Market Watch

Carbon Market Watch (anciennement CDM Watch) scrute les marchés du carbone et milite pour une protection efficace et juste du climat.

Watch This! 2016, année cruciale pour mettre la pression sur le secteur de l’aviation: ils doivent contribuer équitablement!

04 Avr 2016

Faisant suite à l’Accord de Paris, 2016 constituera une nouvelle année cruciale pour le climat, puisque les pays doivent adopter le premier accord du genre sur la limitation des émissions issues du trafic aérien. Toutefois, la proposition est jusqu’ici loin d’être ambitieuse. Il revient à la société civile de sensibiliser la population sur cette question et de responsabiliser les preneurs de décision et les industries.

L’aviation, une source majeure d’émissions de carbone

12337209183_2525c91957_zLes émissions issues de l’aviation internationale ont augmenté de plus de 75% entre 1990 et 2012. En 2014, le secteur émettait plus de CO2  dans l’atmosphère que les émissions combinées des 129 pays les moins polluants. Ce qui représente 4,9% des émissions de gaz à effet de serre annuelles. Si le secteur était un pays, ses émissions lui permettraient de rejoindre aisément le top 20. Si on maintient le statu quo, les émissions du trafic aérien devraient augmenter de 300 % d’ici 2050 !

 Conformément à l’Accord de Paris, les pays se sont engagés à présenter « des cibles de réduction des émissions pour l’ensemble de l’économie » et à limiter le réchauffement mondial à 1,5°C. Cet objectif de l’Accord de Paris peut seulement être atteint si l’industrie aéronautique, pollueuse du top 10 mondial, accepte de contribuer à sa juste part à une réduction rapide des émissions.

Propositions pour plafonner les émissions de l’aviation

En 1997, le Protocole de Kyoto exigeait que les émissions issues du trafic aérien soient limitées et réduites. Néanmoins, au cours de ces 18 dernières années, l’Organisation de l’Aviation civile internationale de l’ONU (OACI), en charge de la surveillance des émissions de l’aviation commerciale, n’a jamais adopté de solution contraignante pour les émissions issues du trafic aérien. L’OACI a finalement décidé d’agir et a choisi de s’attaquer aux émissions, principalement via un mécanisme de mesure mondiale fondée sur le marché (MMFM).

En octobre 2016, on attend des pays qu’ils s’accordent sur un objectif climatique qui garantirait un plafonnement des émissions de l’aviation aux niveaux de 2020 ; on parle de « croissance neutre en carbone de l’aviation » (CNG2020). En attendant que ce but soit atteint via de nombreuses mesures incluant des biocarburants et des améliorations technologiques des avions, le trafic aérien va se développer plus vite que les émissions ne seront réduites. Une grande partie des émissions au-delà des niveaux de 2020 devra être compensée dans d’autres secteurs, et c’est la fonction première de la MMFM.

Beaucoup de défis à venir !

Telle qu’elle est présentée aujourd’hui, la proposition de l’OACI est loin d’être ambitieuse et pourrait se solder en un accord mondial de greenwashing sponsorisé par l’industrie de l’aviation. Il y a donc d’importants défis à relever.

Notre plus grande priorité est de garantir que cet accord soit un premier pas vers plus d’am24112824884_2077e0b180_zbition dans les années à venir. A l’instar de l’Accord de Paris, il est crucial que les pays fournissent des occasions d’augmenter l’ambition sur le long-terme en s’accordant sur un mécanisme de revue à la hausse. Nous voulons aussi garantir que les projets de compensation créent des réductions réelles, supplémentaires, permanentes et vérifiées et promouvons l’interdiction de projets qui ont prouvé leur inefficacité, voire leur dangerosité pour les populations locales et le climat (comme le projet de Barro Blanco – lien)

Vous pouvez changer les choses !

C’est bien connu, le processus de l’OACI est secret et non transparent. Les précédentes années ont montré que les Parties et les intervenants privés étaient très peu disposés à encourager quelque effort significatif. Par conséquent, les organisations de la société civile ont un rôle-clé à jouer en exigeant de l’OACI qu’elle fasse plus ! Comment ? En sensibilisant la population sur la façon dont cette politique est élaborée, en appelant les gouvernements nationaux et les compagnies aériennes à agir pour un accord ambitieux.

Carbon Market Watch est en ce moment à la recherche d’alliés au niveau national. Lisez notre Kit d’action pour plus d’informations et écrivez à pj.brasier@carbonmarketwatch.org pour savoir ce que vous pouvez faire !

Carbon Market Watch Logo - JPG - Copy30

By Kelsey Perlman, Policy Researcher – Aviation & Land Use


Cliquez ici si vous voulez lire les autres articles de notre Lettre d’Information Watch This!

Watch This - article link